Vers la fin du Black Friday en France ?

Le Black Friday n'a plus le vent en poupe. Cela ne vous a peut-être pas échappé, bon nombre d'e-commerçants ne souhaitent plus suivre cette tendance pourtant déjà bien ancrée dans les habitudes de consommation de leurs clients et développent même sciemment des campagnes de communication en sa défaveur. Que signifie ce revirement de situation des consommateurs et comment les marques utilisent-elles déjà ce phénomène à leur avantage  ?

blogTitle-black2green-1v-w680h280

Pourquoi tout le monde semble désormais bouder le Black Friday ?

Cette tendance est en lien direct avec les différentes actions pour le climat qui ont eu lieu ces derniers mois un peu partout dans le monde. 

Pour bien comprendre pourquoi ce phénomène prend de plus en plus d'ampleur, il convient de rappeler le contexte dans lequel s'inscrit le Black Friday. 

Le Black Friday est un concept américain arrivé il y a déjà 6 ans en France qui consiste à proposer des promotions incroyables voire même délirantes chaque 3ème vendredi du mois de novembre. 

Au jour où nous écrivons cet article, des dizaines de manifestions ont déjà eu lieu à travers le pays pour protester contre les conséquences écologiques désastreuses liées à la surconsommation. À Lyon, plusieurs dizaines de personnes ont bloqué un entrepôt d'Amazon alors que d'autres se sont rassemblées devant son siège français, près de Paris. 

Cette tendance au boycott du Black Friday a-t-elle un avenir ?

Eh bien tout semble aller dans ce sens. D'une part, les consommateurs ne croient plus au Black Friday et de l'autre, bon nombre d'entre eux souhaitent s'orienter vers un mode de consommation plus responsable.

De plus en plus d'entre eux considèrent, en effet, ce jour de promotions exceptionnelles comme une vaste fraude. Selon eux, la majorité des prix seraient artificiellement gonflés pour faire croire à de bonnes affaires et inciter les consommateurs à acheter des produits dont ils n'ont pas utilité.

Quant aux changements des modes de consommation, la FEVAD relayait déjà en septembre dans son communiqué de presse, l'importance de tenir compte de la préservation de l'environnement dans ses procédés de production. Ils y indiquaient d'ailleurs que 70% des cyberacheteurs se déclaraient prêts à privilégier les sites e-commerce adoptant des démarches éco-responsables quitte même à payer plus cher leurs produits.

Une information dont nous vous faisions également part dans notre étude sur l'e-commerce en France, téléchargeable gratuitement ci-dessous : 
étude de marché e-commerce en France

Selon le magazine challenges, les députés ont même donné leur feu vert pour l'interdiction du Black Friday. Un amendement pas encore voté mais qui démontre assurément la volonté du gouvernement de lutter contre la surconsommation. 

Même si l'on peut douter de l'adoption de cet amendement, il n'empêche que cela confirme l'ampleur de ce phénomène qu'il convient de ne pas ignorer. 

Devriez-vous, vous aussi, abandonner le Black Friday ?

Aujourd'hui, un nombre important d'e-commerçants s'élèvent déjà contre le Black Friday. Souvent en adéquation avec leurs valeurs et leurs business models, cela leur permet de communiquer sur l'éthique de leurs produits.

meufparisMeuf Paris a, par exemple, publié ce post sur son compte Instagram expliquant les raisons pour lesquelles l'entreprise ne souhaite plus participer au Black Friday. 

Elle explique dans une vidéo, également publiée sur Instagram, que leur éthique de production ne peut être en adéquation avec le concept même du Black Friday.  Leurs articles produits en France et 100% coton Gots impliquent des coûts de production élevés incompatibles avec les réductions massives d'un Black Friday.

Une tendance également adoptée par Joone, une entreprise en vogue proposant couches pour bébés et produits cosmétiques pour femmes enceinte 100% clean et respectueux de l'environnement. 

joonePour Joone, c'est tout simplement la suite logique de leur démarche en faveur de l'environnement.

"Parce que notre démarche pour l'environnement va bien au-delà de la qualité de nos produits, nous avons choisi de rejoindre le mouvement Make Friday green again." 

Les entreprises affichent désormais fièrement leur non adhésion au Black Friday. De nombreux hashtags ont d'ailleurs déjà fait leur apparition pour propager ce phénomène à grande échelle et avec la viralité que l'on connait aux réseaux sociaux.  

#Blackoverdose #makefridaygreenagain #greenfriday #noblackfriday #Blockfriday

Les commentaires très positifs que reçoivent les entreprises sur leurs initiatives  permettent également de se rendre compte de l'ampleur du mouvement.

Qu'est-ce que "Make Friday green again" ?

Près de 500 entreprises, à l'instar de Joone, ont déjà rejoint le collectif créé par Nicolas Rohr : "Make Friday green again".

L'anti Black Friday n'est toutefois pas nouveau et existe même depuis 2017. 

Tout commence lorsque Envie, le réseau de revente d'équipements électriques, commence à proposer, à l'occasion du Black Friday, de l'électroménager recyclé à prix cassés pour sensibiliser les français à une consommation plus responsable et moins compulsive. Aujourd'hui, ce sont 400 structures partenaires qui s'engagent à reverser 10% de leur chiffre d'affaires à des associations.

Pour conclure

On peut certes rester sceptique quant à l'avenir de ce mouvement anti Black Friday, toutefois on ne peut nier l'ampleur évidente prise ces deux dernières années. Si votre entreprise s'inscrit déjà dans une dynamique éco-responsable ou si vous souhaitez la faire évoluer dans cette direction, vous avez certainement tout intérêt à revoir votre communication et à black-lister le Black Friday.  

inscription newsletter trusted shops

0 Commentaires